Troublante histoire de train pour belle mère et ge

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Troublante histoire de train pour belle mère et geEntre Céline et Rodolphe, la lune de miel fut assez brève. Les deux enfants de Mai 68 qui s’étaient quasiment mariés sur les barricades, avaient vu s’ouvrir entre eux une déchirure grandissante qui atteignait le gouffre, alors qu’ils venaient de fêter leurs 30 ans. Si Céline avait épousé aussi aisément la révolution des fleurs que celle des pavés, Rodolphe avait vu grandir en lui une nostalgie des temps anciens qui en faisait un inadapté chronique aux tendances nouvelles où son épouse évoluait comme un poisson dans l’eau. Céline avait donc plongé dans le mouvement hippie et rayonnait dans ce monde sans mode, sans recherche de féminité, allant de communautés champêtres en plages de nudiste en passant par les manifestations féministes.De son côté Rodolphe ne pouvait se faire à cette transformation. Il ne supportait pas que les femmes puissent se fondre dans les “uniformes” sans grâce ni saveur que constituaient aussi bien ces robes longues et lâches que ces mini-jupes qui, en montrant tout, se privaient de la sensualité du secret. Il constatait qu’en se privant et en privant les hommes du plaisir de l’effort de séduction, les femmes devenaient très castratrices. S’il n’étaient que séparés, ils vivaient maintenant comme des étrangers, chacun de leur côté. Il n’y avait aucune haine entre eux. Céline semblait se ravir de cette situation. Elle avait choisi une liberté toute personnelle où elle s’épanouissait enfin. Leur seul point de convergence était leur fils, qu’elle avait naturellement appelé Dylan, qu’ils se partageaient en bonne intelligence. Quant à Rodolphe il essayait de chercher un nouvel équilibre dans une voie délicate issue d’un époque riche de sensations nostalgiques où ses “madeleines proustiennes” avaient le parfum des effluves capiteuses des frous-frous riches de dentelles arachnéennes, d’étoffes satinées, de crissements nylonés, de tissus épousant le plus suggestivement possible les volumes callipyges…Une attente pimentée d’une curieuse lectureInstallé à une table du buffet de la gare Montparnasse, il attendait Josette, sa belle-mère, avec qui il devait se rendre par le train dans la maison familiale malouine où Dylan et Céline vivaient maintenant. Cette dernière devant s’absenter un mois pour un stage de poterie en Ardèche, Rodolphe accompagnait Josette qui allait s’occuper de son petit fils pendant l’absence de sa mère. Arrivé en avance, il avait acheté dans un kiosque, au hasard, un recueil de nouvelles intitulé Balade sur les ailes des rêves où il découvrit un bien curieux récit, intitulé le curieux voyage d’Héloïse. Il s’agissait d’une femme qui se retrouvait dans un compartiment vide d’un train alors qu’elle était debout contre la vitre à se laisser bercer par le défilé du paysage au crépuscule, orchestré par le fracas des roues sur les rails. Soudain Héloïse entendit le bruit de la porte du compartiment derrière elle, suivi d’une présence qui se fit de plus en plus pressante dans son dos… Annihilée par un état de torpeur étrange et surprenant, elle sentit alors des attouchements si délicats et précis qu’elle ne put réagir dans un premier temps. Lorsqu’elle comprit qu’elle devait fuir cette proximité coupable, il était trop tard pour qu’elle se retourne et elle laissa l’inconnu poursuivre son exploration maléfique tandis que son corps acceptait malgré elle la vague de plaisir qui la submergeait. Héloïse laissa ainsi l’homme s’emparer d’elle jusqu’à ce qu’il la pénétrât sans qu’elle ne sut jamais à qui elle avait à faire. Le voleur de désir accomplit son forfait sans qu’elle n’eût la force de protester ou même de se retourner. Il remit les vêtements de sa victime en ordre et le bruit de la porte coulissante indiqua à celle-ci que ce qui aurait pu être un cauchemar et qui resta graver en elle comme un rêve, était terminé.Un bruit de talons sur le carrelage le sortit de son livre et il vit en face de lui Josette lui sourire. Il ne réagit pas tout de suite, encore pris par sa lecture et ébloui par cette apparition sortie directement d’un roman d’Agatha Christie. Sa belle-mère était affublée d’une tenue vraiment archaïque. Il fut d’abord frappé par le petit chapeau plat et rond bleu pastel comme son regard, surmonté d’un noeud posé sur l’arrière de la coiffe comme une fleur sur un gâteau, tandis qu’une voilette recouvrait le devant en s’arrêtant au dessus de son nez qu’elle avait assez long et très légèrement retroussé au-dessus d’une bouche large aux lèvres maquillées de rouge laissant apparaître un espace libre entre ses incisives supérieures qui accentuait l’expression d’une naïveté apparente. Le chapeau était incliné sur la gauche du visage et laissait s’échapper une frange frontale et un carré souple blond où scintillaient de fines créoles dorées. Sa pâleur était renforcée par la couleur austère du tailleur gris-bleu. La veste était très courte et cintrée, formant un plus que chaste décolleté en V fermé par quatre gros boutons de nacre marron qui la boudinait quelque peu, surtout au niveau du ventre qui en tendait les pans avec excès. La jupe lui arrivait largement sous les genoux et tombait droite sans la serrer outrageusement, tandis que son ventre lui imposait quelques plis superflus en haut des cuisses. Tirant sa lourde valise, elle avait au bras un sac bahis firmaları à mains en croco marron clair assorti à ses chaussures à talons épais.- Excusez-moi Rodolphe je vous ai encore fait attendre, dit-elle avec un petit sourire gêné.- Oh ! rassurez-vous je ne suis la que depuis quelques minutes se surprit-il à mentir, mais ne tardons pas le train part dans 10 minutes.Il emboita le pas de Josette et découvrit alors qu’elle portait des bas chair à couture et son regard s’attarda sur ses talons où l’on voyait les rectangles sombres des renforts du nylon. La jupe moulait un fessier large et proéminent qui avait bien besoin du secours du pli fermé du bas de la jupe pour ne pas tenter exagérément les regards concupiscents du gendre. Il soupira en pensant que Céline n’était hélas pas vraiment la fille de sa mère. Ils arrivèrent sur le quai et la belle-mère dut tirer sur sa jupe pour gravir les marches trop hautes du wagon. Rodolphe se surprit à fixer les jambes avec une attention particulière : la fine couture bien droite affinait les mollets de la cinquantenaire avant de se perdre dans le secret des cuisses dont il eut un aperçu troublant sous l’effet des plis du tissu dont la sobriété s’éclaircissait soudain d’un attrait insoupçonné jusque-là par le jeune homme. Pour la première fois il regardait sa belle-mère comme un homme et non plus comme un gendre.Ils s’installèrent dans le compartiment réservé où la présence de quatre personnes les obligeât à se retrouver face à face côté couloir. Rodolphe se chargeât de déposer les bagages tandis que Josette s’installait sur la banquette, genoux serrés, jupe bien tendue, prête à affronter un long voyage de nuit de cinq heures avec la digne patience d’une dame habituée à surmonter les langueurs de l’existence.Ils échangèrent quelques banalités à mi-voix jusque’ à ce que le gendre affirma avoir beaucoup travaillé pour pouvoir se libérer et exprimait ainsi le besoin de profiter du voyage nocturne pour récupérer un peu. Elle lui répondit de ne pas se formaliser pour cela, lorsque son regard tomba sur le livre :- Oh ! dit-elle, Balade sur les ailes des rêves voilà un titre de circonstance. Pendant que vous allez vous assoupir, je vais donc rêver les yeux ouverts. Et elle s’empara du livre sans remarquer la légère gêne de son gendre, qui acquiesça poliment. Il chaussa des lunettes noires et s’installa le plus confortablement possible dans le coin de la banquette, non sans craindre une probable désapprobation, même silencieuse, de sa belle-mère lorsqu’elle découvrirait le côté érotique de la première nouvelle.De Josette à HéloïseJosette sourit en découvrant le premier titre. Héloïse était son second prénom de baptême… Aussi elle se plongea dans la lecture qui, très vite, lui fit monter le rouge aux joues. Cette histoire extravagante lui paraissait de plus familière. Choquée dans un premier temps par l’audace de l’inconnu et surtout la passivité de l’héroïne, elle commença à se laisser entraîner sur une pente dangereuse pour sa tranquillité de femme solitaire. Depuis la trahison de son mari qui l’avait quittée pour une jeunette il y a dix ans, elle s’était refermée sur elle-même en jurant de ne plus être la victime d’un homme. L’abstinence était devenue sa règle de conduite et elle se dirigeait de plus en plus vers une vie sans sexe de dame patronnesse. Un expédient qu’elle assumait sans grande difficulté jusque-là. Les similitudes entre son propre personnage avec celui du roman, pourtant anodines, allaient réveiller des désirs enfouis au plus profond d’elle. Un lieu et un prénom furent les détonateurs qui firent surgir en elle une éruption foudroyante comme celle d’un volcan présumé éteint. A mesure qu’elle avançait dans sa lecture, la lave bouillonnait en elle et montait ouvrir sa caldeira intime.Rodolphe, qui l’observait sans être vu, comprenait ce qui se passait en elle. D’abord étonné, il fut rassuré lorsqu’il découvrit l’attention avec laquelle sa belle-mère parcourait la nouvelle licencieuse. Elle n’avait pas reposé le recueil avec dégoût comme il le craignait et le risque de passer à ses yeux pour un obsédé sexuel dangereux s’éloignait. Puis, à mesure qu’elle avançait dans sa lecture, il observa les changements dans son comportement et là il fut stupéfait : son visage était cramoisi ; elle remuait souvent les fesses sur la banquette ; elle croisait et décroisait les cuisses avec une fréquence coupable ; ses mains tournaient les pages de plus en vite avec un tremblement anormal… Incontestablement, la cinquantenaire manifestait tous les symptômes d’un trouble évident dont il peinait à croire à l’intensité apparente.Josette referma le livre et le laissa glisser sur la banquette plutôt qu’elle ne le posa. Un regard vers l’impassibilité de son gendre, supposé endormi, la rassura. Elle avait honte de sa réaction et attendait que cet état de trouble, dont elle pensait pourtant s’être mise à l’abri depuis longtemps, disparaisse. Rien n’y faisait car les images d’Héloïse revenaient sans cesse la pourchasser dans son âme et dans son corps. Pensant qu’en se rafraîchissant aux toilettes cela la calmerait, elle se leva et se glissa dans le couloir du wagon. Rien n’y fit. Et lorsqu’elle en sortit pour retrouver sa place, son coeur se mit à battre très fort quand elle passa devant devant un compartiment kaçak iddaa vide. Comme celui où Héloïse avait subi l’outrage. Elle marqua une hésitation puis poursuivit dans le couloir et lorsqu’elle s’approcha de sa place, une force incroyable la fit revenir en arrière et entrer dans ce compartiment qui lui rappelait celui du Curieux voyage d’Héloïse…Rodolphe se demandait ce que faisait Josette. Depuis trente minutes qu’elle était partie dans le couloir, elle n’avait pas réapparu et cette absence faisait travailler l’imagination de son gendre. Et si celle qu’il avait regardée jusque-là comme une sainte femme qui trouvait dans les bonnes oeuvres un échappatoire salutaire aux disgrâces que lui avaient fait subir son ex-mari, était en train de déguster solitairement les espoirs de plaisir défendu qu’avait fait naître en elle l’aventure d’Héloïse ? Il souriait en imaginant sa belle-mère en train de s’astiquer la foufoune dans les toilettes du train comme une collégienne. Cette idée faisait son chemin et il se surprit à être lui aussi particulièrement émoustillé par cette idée qui aurait paru inimaginable auparavant. Finalement, il aurait calmé avec plaisir les ardeurs de la cinquantenaire si les circonstances familiales ne rendaient cette possibilité totalement interdite. Elle était malgré les années très bien conservée avec ce visage qui, sans être étourdissant de séduction, avait un charme suranné de candeur et de naïveté maîtrisée. Et quel corps ! Une poitrine qui paraissait d’une fermeté respectable et des fesses aux volumes callipyges. Et surtout, surtout, cette élégance d’un autre âge qui laissait espérer, sous un aspect strict et sévère, la présence cachée mais suggérée de dessous affriolants.Il se leva et décida de partir à sa recherche même si la raison en était plus la curiosité que l’inquiétude.Josette s’avança vers la vitre en marchant comme un automate programmé par les effets de la lecture du récit d’Héloïse. Elle ne s’arrêta que lorsque son visage sentit la fraîcheur du verre. Les lumières de la nuit défilaient devant ses yeux, jouant avec les ombres et les masses aux contours indéfinis. Les roulis du wagon, le fracas de la machine et la fuite des images dans la nuit la berçaient et entretenaient l’état second qui ne la quittait plus. De son côté, Rodolphe avançait dans le couloir désert du wagon, lorsqu’une apparition le fit sursauter et il revint sur ses pas en découvrant sa belle-mère collée à la vitre dans la même position que l’héroïne du recueil. Elle devait être dans un état de trouble incroyable. Alors pourquoi ne pas entrer et remplacer l’inconnu qu’elle attendait peut-être de ses voeux? Non il ne pouvait pas, c’était trop dangereux. Si elle se retournait pour protester c’était le drame. Il revint s’asseoir dans le compartiment mais son esprit était obnubilé par l’attente probable de Josette. Il se releva et y retourna. Il lui semblait que le corps de sa belle-mère bougeait, animé d’un mouvement de hanches trahissant l’état de son désir. Rodolphe commit l’irréparable en ouvrant la porte du compartiment sans que Josette ne réagisse.L’outrage consentiElle entendit le léger bruit et son corps se raidit un instant, comme s’il s’interrogeait sur la présence d’un quelconque danger. Son esprit, lui, s’était déjà glissé entre les pages du livre. Josette n’était plus elle-même. Lorsqu’elle sentit un souffle derrière elle, ses doigts se crispèrent sur la barre horizontale de la vitre. Ce fut sa seule réaction de défense lorsque deux mains fermes la saisirent aux épaules. Elle était incapable de se retourner. Figée dans son rêve, elle n’avait pas envi de lutter comme si elle était soudain privé de toute immunité. Elle sentit la pression des mains de l’inconnu s’adoucir, mais elle n’en profita pas pour se dégager de son emprise, lui indiquant par là son consentement. La dame patronnesse était prête à subir…Encouragé par le manque de réaction de sa belle-mère, Rodolphe n’en revenait pas de l’aubaine et ses doigts s’écartèrent sur les épaules pour venir effleurer la peau fragile du coup de Josette. Tandis que ses pouces appuyaient sur le tissu du petit col, ses doigts partirent sur l’épiderme nu de la chair si délicate qu’il caressa avec délicatesse sous les mèches blondes qui s’échappaient sous la voilette du chapeau. La femme ne protesta pas lorsque les doigts vinrent défaire les boutons de nacre. Bien au contraire un soupir de consentement s’échappa de sa bouche tandis que sa poitrine se soulevait avec ferveur. Sans en profiter pour ouvrir plus largement la veste, les mains abandonnèrent le buste tendu par le désir pour venir s’infiltrer par derrière sous le jersey bleu. Josette tressaillit en sentant les mains remonter sur la peau de ses reins. Elle se cambra comme si son corps entamait un dialogue avec les doigts de l’inconnu. Un dialogue dont elle venait de lire le texte et qui se répétait à l’identique. Son état de trouble la rendait incapable d’interpréter avec lucidité la coïncidence. Alors Rodolphe laissa courir ses doigts sur le satin du soutien-gorge dans son dos puis les passa devant devant sous les bonnets, tout en prenant garde de dissimuler sous les pans de la veste ses mains, possible signe de reconnaissance. Josette ferma les yeux quand elle sentit l’inconnu se saisir de ses seins en les remontant l’un contre kaçak bahis contre l’autre dans leur prison de satin. Ses tétons durcirent aussitôt pour venir rouler sous les pouces de l’homme. Les caresses ne s’arrêtèrent à cet endroit que lorsqu’elle sentit ses jambes se perdre sous elle. L’homme lâcha alors sa poitrine pour la retenir à la taille. Josette perdit tout contrôle d’elle-même. Elle sentait qu’elle glissait inéluctablement sur une pente dangereuse qui allait la conduire là où elle avait renoncer d’aller depuis dix ans : vers le plaisir charnel et ceci avec un inconnu. Sûr de son fait maintenant, Rodolphe s’enhardit et appuya sa verge tendue contre les fesses de sa belle-mère. Un gémissement l’encouragea et ses mains descendirent sur le ventre replet qui tendait la jupe. Curieusement la belle-mère accueillit contre ses fesses la présence de la queue de l’homme comme une délivrance, car les caresses entretenaient pour elle une attente intenable. Lui se régalait de la sentir aussi docile et disposée à se faire mettre par celui qu’elle ignorait être son gendre. Il en profitait pour glisser doucement ses mains sur le droit de la jupe en s’arrêtant sur les boursouflures imposées par la présence des jarretelles. Elle sentit les mains passer sous le bord de sa jupe. Le tissu se froissa sur ses cuisses pleines. Elle ferma les yeux quand il commença à la retrousser doucement. C’était à la fois une délivrance attendue et une crainte supplémentaire qui l’animait. La jupe remonta doucement, interminablement pour elle sur les cuisses et il se délecta de l’éclair blanc des jarretelles pinçant l’ourlet plus foncé des bas. Elle imaginait ses fesses dodues maintenant libérées de la protection de la jupe troussée autour de sa taille. Puis elle sursauta quand les doigts saisirent l’élastique de sa petite culotte blanche qui en se soulevant resta collé une fraction de seconde à sa vulve gorgée de jus. Le frêle tissu immaculé s’arrêta au-dessus de ses genoux juste au dessous des jarretelles mais elle écarta les cuisses autant que possible comme une demandeuse qu’elle n’aurait pas imaginé vouloir être. Alors l’homme lui saisit les hanches barrée par la dentelle blanche du porte-jarretelles et elle n’offrit aucune résistance lorsqu’elle sentit le gland se poser sous fesses. Rodolphe jubilait devant le spectacle du cul de sa belle-mère offert ainsi dans de telles parures qu’il croyait malheureusement oubliées. Il poussa la femme contre la vitre et en se penchant lui apparut la motte charnue et poilue, luisante de liqueur gluante qui attendait son assaut. Quand le gland vint se poser sur sa vulve, Josette eut un dernier réflexe de sauvegarde. Elle voulut protester, se retourner, se dégager, crier son refus… Mais alors qu’elle était décidée à tout arrêter, la queue de l’inconnu se planta en elle, la clouant contre la vitre et elle sentit cette force l’envahir et la dominer sans qu’elle puisse réagir. Rodolphe ne remarqua pas cette ultime retenue et il gémit de plaisir quand son chibre ouvrit les chairs dégoulinantes de sa belle-mère.Le vagin de la femme qui avait perdu l’habitude d’une pareille visite se comprima, accentuant le plaisir du gendre. Ses mains empoignèrent les hanches rondes pour la soumettre fermement à cette pénétration qui n’en finissait pas d’atteindre son but. De son côté, elle avait l’impression que la bitte était d’une longueur démesurée et qu’elle poussait en elle comme jamais elle ne l’avait ressenti. Elle s’abandonna alors à l’homme collé à ses grosses fesses, en le laissant aller et venir dans son vagin qui accueillait maintenant avec souplesse l’intrusion du chibre faisant son oeuvre de mâle. Le plaisir commençait à envahir Josette qui serrait ses doigts sur la barre de la vitre et ne pouvait plus retenir des gémissements de plus en plus forts. Cela montait partout en elle. Elle collait sa poitrine contre la vitre sous la poussée de l’inconnu qui la besognait maintenant sans vergogne comme une femme de mauvaise vie. Elle accompagnait avec ses reins et ses fesses les va et vient de la queue. Rodolphe lui saisit les seins et son ardeur redoubla. Josette hurla son plaisir et son vagin doucha la queue de son baiseur. Perdant sa maîtrise, Il la colla encore plus fort à la vitre et se lâcha dans son con en rugissant. Josette défaillit complètement en se cramponnant à la barre . Vaincue par un plaisir si fort. Un plaisir dont elle avait auparavant inconnu l’intensité. Un plaisir qu’elle ressent à 50 ans et qui lui fait découvrir qu’elle avait vécu 30 ans de frustrations sexuelles. Rodolphe, bouleversé par les circonstances d’une telle aventure, se revêtit en hâte tandis que sa belle-mère semblait anéantie par ce qu’elle venait de vivre. Puis il se rappela la fin de l’histoire où l’inconnu rhabillait avec soin sa victime. En dépit de la tension née d’une telle situation, il prit un véritable plaisir à remonter la petite culotte de Josette sur ses fesses en la tendant au-dessus des jarretelles. Puis il tira sur la jupe qui avait souffert du troussage. Il n’osa pas risquer de reboutonner la veste mais lui remit le chapeau qui avait volé par terre. Il s’éclipsa comme un voleur de vertu.Josette resta un long moment dans le compartiment ne sachant plus si elle avait rêvé ou si elle avait enfin connu un véritable plaisir. Elle se demandait si elle devait culpabiliser ou se réjouir. Lorsque le train approcha de la gare de Saint-Malo, elle rejoignit sa place et sourit, rassurée de voir que son gendre avait dormi pendant tout le voyage.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir