Cousin, cousines

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Cousin, cousinesJe me demandais pourquoi mes parents avaient invité mes cousines à passer le mois d’août chez nous. Surtout celles-là. L’aînée était une vraie peste mais je ne l’avais pas vue depuis longtemps. Mon père m’a demandé si je veux venir avec lui pour les récupérer à la gare mais j’ai refusé. Moi qui aime tant la tranquillité. Mon père parti, j’ai dit à ma mère que je ne m’occuperai pas de mes cousines. Elle m’a demandé si je serais toujours aussi ours.Deux heures après, un coup de klaxon a annoncé le retour de mon père. J’ai regardé depuis la fenêtre de ma chambre puis j’ai vu descendre mes deux cousines. Maintenant, je me souvenais : l’aînée a deux ans de plus que moi et la cadette deux de moins.- Descend et va les aider, m’a crié ma mère !J’ai fait semblant de n’avoir pas entendu mais elle a insisté et j’ai fini par descendre mais les deux filles étaient déjà dans l’entrée de la maison, suivies par mon père qui portait leurs bagages.Forcément, j’ai vu mes deux cousines de près et si la cadette était aussi mince que quand je l’avais connue, sa sœur aînée était devenue si sexy. Visiblement, elle faisait quelques centimètres de plus que moi. De longues jambes et la taille mince et de gros nichons. De très gros nichons qui m’ont fait penser à notre grand-mère commune. Je lui ai tendu la main.- Idiot, m’a-t-elle fait tout de suite, on est cousin et on s’embrasse !Elle m’a tendu la joue et ses seins se sont écrasés sur mon torse et comme je n’arrivais pas à l’embrasser, c’est elle qui m’a embrassé et dans l’affolement, ses lèvres ont frôlé mes lèvres et après, j’ai eu l’impression qu’elle me l’a reproché. Mon père m’a tendu leurs valises et j’ai dû les porter dans leur chambre mais une fois installées, la sœur aînée a voulu avoir sa chambre à elle toute seule. Heureusement, il en restait une de libre et elle l’a prise.J’ai fait la tête pendant tout le repas et chaque fois que mes cousines m’ont posé une question, je n’ai pas répondu. Ma mère a dit que ça se passera mieux demain et cette nuit là, j’ai été si désespéré que je me suis branlé deux fois de suite et je me suis arrêté parce que j’avais mal au poignet.Le lendemain matin, quand j’ai poussé la porte de la salle de bains, Christina, la sœur aînée, était en train de faire sa toilette mais elle était déjà en soutien-gorge et petite-culotte et elle m’a chassé en me criant dessus. Du coup, je suis descendu pour déjeuner. Mon père était au travail. Quant à ma mère, elle avait laissé un mot pour me dire qu’elle est partie au marché et elle me recommandait de m’occuper de mes cousines. Celles-ci ont fini par me retrouver dans la cuisine. Lola m’a demandé s’il y a du thé. Christina s’est assise et j’ai fouillé dans les armoires pour trouver des sachets de thé.- Mais ça va pas, a soudain hurlé Christina à sa sœur ! Pourquoi est-ce que tu te balade à poil ?- Mais j’ai mis ma robe de chambre, a protesté sa sœur !- Mais tu es à poil en dessous !Pour faire cesser leur dispute, j’ai crié que j’ai trouvé du thé. Les deux filles se sont tues. J’ai fait chauffer de l’eau pour pouvoir les servir puis j’ai coupé des tranches de brioche qu’elles ont recouvert de confiture avant de commencer à les avaler.- Tu aurais quand même pu t’habiller, a insisté Christina en s’adressant à sa sœur ! Tu ne crois pas qu’à dix heures du matin, elle aurait pu être habillée, m’a-t-elle demandé ensuite ?Je lui ai répondu qu’honnêtement, je n’ai pas d’avis. A ce moment-là, sa petite sœur a écarté le haut de son peignoir et j’ai aperçu la naissance de sa poitrine et puis sa sœur a fait semblant de lui mettre une gifle. Je les ai laissées ensemble et je suis monté dans ma chambre avec la ferme intention d’aller faire un tour dans les champs. Je me suis enfermé dans ma chambre. Un quart d’heure après, Christina a frappé à ma porte. Elle a voulu que je la laisse entrer et comme je n’ouvrais pas, elle a insisté et je l’ai laissée entrer.- Tu ne m’a jamais aimée, m’a dit ma cousine ? Je reconnais que j’étais une peste ! Je voudrais que tu me pardonnes !Je la regardais et je ne savais quoi penser. Se moquait-elle de moi ?- Est-ce que tu aimes les gros nichons, a insisté ma cousine ?Je pense que mon visage est devenu aussi rouge qu’une tomate mûre.- Tu sais, au début, ça me dégoûtait, a insisté ma cousine, mais après tout, j’ai hérité de la poitrine de notre grand-mère !J’ai rougi encore plus. ankara escort Ma cousine avait posé sa main sur son ventre et j’ai eu l’impression qu’elle voulait mettre en valeur sa poitrine et en effet, elle tirait sur son Tshirt et ses seins de moulaient encore plus dans le tissu, jusqu’à faire apparaître la forme des mamelons et j’ai demandé à Christina si elle a mis un soutien-gorge et elle a ri.- Devine, m’a-t-elle demandé ?- Tu l’as retiré, lui ai-je répondu, parce que tu en avais mis un ce matin !Elle a ri encore plus puis elle m’a avoué qu’elle voulait me provoquer.- Allez, viens, m’a-t-elle lancé !Elle était à un mètre de moi et elle me narguait. J’ai tendu la main. Elle a reculé mais elle a buté dans l’armoire et ma main s’est écrasée sur ses seins mais elle n’a rien fait pour m’écarter. Au contraire, elle a posé sa main sur mon avant-bras comme pour me forcer à laisser ma main sur sa poitrine puis elle a fini par l’écarter en me disant que ça m’excite et elle est sortie de ma chambre et je l’ai suivie dans la sienne. Elle s’est jetée en arrière sur le lit et j’ai tendu la main à nouveau mais je l’ai posée sur sa cuisse et j’ai poussé sous la jupe jusqu’à sa coupe.Christina m’a demandé ce que je fais mais je ne pouvais plus m’arrêter. Elle a écarté les cuisses et j’ai glissé mes doigts sous son string puis j’ai commencé à masturber. Christina a protesté un peu au début puis elle m’a laissé faire. Mieux, elle a posé sa main sur la mienne et ses doigts ont accompagné les mouvements des miens. Je regardais son visage. Jamais encore ma cousine ne m’avait parue aussi sérieuse. A un moment, j’ai dit qu’il faut mieux que j’arrête mais elle a refusé et j’ai continué, mes doigts mêlés à ses doigts.- Tu bandes, m’a dit ma cousine au bout d’un moment !Ce n’était pas une question et je bandais. Elle m’a encore demandé si je veux baiser en ajoutant que c’est le moment d’en profiter. Elle a écarté les cuisses et j’ai sorti ma bite et je me suis enfoncé au milieu de ses poils.- Hum, oui, a fait ma cousine !Ses poils étaient comme ses cheveux, châtains clairs et vraiment touffus.- Attends, tu me fais mal, m’a fait Christina !J’ai ressorti ma bite et elle l’a guidée quand je me suis renfoncé.- J’aime ça, m’a lancé ma cousine !- Tu as un copain ?- Euh, non, plus maintenant, m’a répondu Christina ! Il m’a trompée avec ma meilleure amie !- Alors, tu te venges, lui ai-je dit ?- Tais-toi ! Continue ! J’ai envie de jouir !J’ai continué. Au bout d’un moment, sa sœur a frappé à la porte de la chambre.- Je suis occupée, lui a répondu Christina !- Mais je suis toute seule, lui a répondu sa sœur ! – Tu n’as qu’à chercher ton cousin, a insisté Christina !- Je ne sais pas où il est, a gémi sa sœur !- T’es encore en train de te masturber, a insisté Lola ?- Non !- Si !- Non !- Il n’y a pas que toi qui aime ça, a insisté sa petite sœur ! Je me branle devant la porte !- Il n’y a que les garçons qui se branlent, lui a répondu sa soeur !- Je me branle le clitoris, a insisté Lola !Il y a eu un silence et j’ai pensé que la petite sœur était partie. Pourquoi est-ce que j’ai demandé ça à Christina ? J’étais en train de la baiser tranquille pendant qu’elle causait avec sa sœur.- Je veux te prendre dans le cul !- Quoi ?J’avais vu ça la veille au soir sur l’écran de mon ordinateur. C’était censé être un film de gouines mais deux types qu’elles ont fait passer pour leur copain sont arrivés et elles ont voulu qu’ils fassent ça pour pouvoir rester et j’avais vu les deux gars d’enculer.- Je veux t’enculer, ai-je insisté !- T’es malade m’a répondu Christina ! Je ne suis pas une putain et je ne fais pas ça !J’ai fait semblant d’être d’accord mais je lui ai dit que ce serait plus agréable pour nous de faire l’amour en levrette et elle m’a obéi. Je me suis renfoncé dans sa chatte, mais ça me perturbais et j’ai redit à ma cousine qu’il faut que je l’encule et je me suis retiré puis j’ai enfoncé ma bite dans son anus. Christina a poussé un cri.- Qu’est-ce que tu fais, lui a demandé sa sœur qui était restée de l’autre côté de la porte ?- J’ai joui, a crié ma cousine à sa sœur !Elle m’a ensuite dit à voix basse de continuer. Je lui ai demandé si elle aime ça et elle m’a répondu qu’elle aime tout ce qui est interdit !- Alors, tu peux me sucer, ai-je ajouté ?Elle ne m’a pas répondu. Je sentais monter mon sperme dans les tuyaux et quand j’ai commencé à avoir ankara escort bayan du mal à me retenir, j’ai dit à Christina que je veux qu’elle me suce et elle m’a obéi et aussitôt dans sa bouche, j’ai joui et je lui ai tenu la tête pour la forcer à avaler ma semence.- T’es con, m’a-t-elle lancé après avoir dégluti ! J’espère au moins que tu ne vas pas me filer de maladies !Je voyais venir le coup où je serais forcé de lui avouer que ma presque unique expérience c’était quand j’avais quinze ans avec une fille de mon lycée mais que ça s’était mal terminé. J’avais joui à peine avait-elle touché ma bite avec ses doigts. Je devrais aussi lui avouer que la seule expérience que j’ai ce sont les films pornos.- T’as pas de copine, a insisté Christina ?J’ai menti en lui disant que ma copine est en vacances.- Et tu n’as aucun scrupule à la tromper, a insisté ma cousine ?- Et toi, tu trompes bien ton copain !- Qui t’a dit que j’en ai un, m’a répondu ma cousine ?Heureusement, la voix de ma mère nous a forcés à abréger cette conversation. J’ai suivi ma cousine dans la salle de bains et elle s’est rincée les dents et je me suis lavé la bite.- Tu m’as fait mal, m’a encore dit Christina en descendant l’escalier !- Quoi ?- Tu ne te souviens pas que tu m’as enculée, m’a rappelé ma cousine ?- Ça t’a pas plu ?Elle m’a répondu que c’est spécial et qu’elle va s’habituer et moi, je lui ai dit que je veux qu’on recommence. Elle m’a répondu de me calmer puis elle a ajouté qu’on a bien le temps de recommencer.Après le déjeuner, j’ai emmené mes deux cousines explorer la campagne. On marchait tous les trois. Lola traînait un peu. Dans un champ, il y avait encore des meules de paille. J’ai prétexté que je suis fatigué. Lola a dit qu’elle va cueillir des fleurs des champs. Christina s’est allongée à côté de moi. J’ai tout de suite glissé ma main sous sa jupe et elle a mis sa main sur la mienne et j’ai commencé à la masturber. Elle m’a demandé de la faire jouir. Je la dominais.- Ça vient ?Ma cousine m’a traité de cochon. J’ai posé mes doigts sur les siens et j’ai suivi leur action plus que je n’ai agi.- Ça vient, lui ai-je encore demandé ?- Oui, ça vient, m’a répondu Christina ! Où est ma sœur ?- Elle cueille des fleurs dans le chemin !- Ça y est ! Donne ton mouchoir, je suis toute trempée !Elle s’est essuyée la chatte et moi, j’ai reniflé mes doigts. Ils sentaient l’amour encore que je ne l’avais jamais senti.Lola a fait irruption et elle nous a dit qu’elle veut rentrer. Christina m’a demandé de l’aider à se relever. Sa sœur marchait devant nous. Elle avait fait un gros bouquet de graminées.- Je n’en peux plus, m’a dit Christina ! Je n’ai plus de jambes !- Tu regrettes ?- Hypocrite, m’a-t-elle lancé !- J’adore te baiser !- Tu es pas mal non plus mais il faudrait que ça dure plus longtemps !- Cette nuit ?Elle ne m’a pas répondu. Les deux filles ont aidé ma mère à préparer le dîner et à mettre la table. Pendant tout le repas, mes parents n’ont pas arrêté de leur faire des compliments. Je n’en pensais pas moins. A dix heures, nous sommes montés nous coucher. J’ai dit à ma cousine de venir à minuit dans ma chambre. Elle m’a demandé pourquoi et je lui ai répondu que j’ai encore envie.- Trois fois dans la journée, m’a-t-elle fait !- Deux fois !Je l’ai laissée disparaître dans sa chambre et j’ai entendues mes deux cousines se disputer en faisant leur toilette. Après, j’ai fait la mienne. J’avais du sperme plein mon slip et j’ai dû le rincer puis je l’ai laissé sécher dans ma chambre sous mon matelas avant de descendre au rez-de chaussée. Il n’y avait plus aucun bruit. J’ai pris ce que je voulais prendre et je suis remonté.A minuit pile, Christina a gratté à ma porte. Je lui ai dit d’entrer. Elle n’avait qu’une nuisette et ses seins débordaient de partout. Je lui ai dit de me laisser toucher puis je lui ai demandé ce qu’elle veut qu’on fasse. Elle m’a dit de faire marcher mon cerveau et je me suis servi de ma bite dans sa bouche et sur ses seins puis sur ses fesses. Elle s’est servi de ses mains et de sa bouche. A un moment, elle m’a dit qu’elle adore ça et je lui ai demandé si elle veut faire la pute.- Je sais pas, a minaudé ma cousine !- Tu veux te taper des milliers de mecs ?- Pourquoi pas ?Pendant que je lui suçais les tétons, je masturbais son clitoris. Elle avait ouvert les cuisses.- Je passerais bien tout mon temps à ça, a-t-elle escort ankara ajouté !- Salope !- Baise-la !- Attends ! Je te monte en levrette, mais avant je veux essayer quelque chose !Ma cousine était vraiment surprise quand j’ai sorti le concombre. Je l’avais lavé et bien essuyé et sa peau était toute lisse.- Quoi ! Tu veux que je le fasse avec ça ? C’est énorme, a protesté ma cousine !J’ai insisté et elle a fini par se laisser faire. Mieux, elle a tenu le concombre pendant que je l’enfonçais dans son vagin puis j’ai masturbé ma cousine. Elle avait renversé sa tête en arrière.- Alors, lui ai-je demandé au bout d’un moment ?- Ah, oui, j’aime ça, m’a répondu ma cousine ! Maintenant je suis bien ouverte !- Et si je te le mets dans le trou du cul, lui ai-je demandé ?- Toi d’abord !- Quoi ?Je voyais bien que je ne pouvais pas refuser. Je me suis mis sur les genoux et elle m’a enfoncé le concombre dans l’anus, si bien que la peau du concombre a presque disparu. Je lui ai mis aussi dans l’anus et j’ai tant poussé qu’il a failli disparaître. J’ai dit à ma cousine que c’est marrant. Elle m’a répondu que je suis malade. Il a fallu qu’elle pousse fort pour le faire ressortir. Après, elle m’a branlé et j’ai joui sur ses seins puis elle a dit qu’elle ne fera pas ça tous les soirs.- T’as des capotes, m’a encore demandé ma cousine ?Je n’en avais pas et elle m’a dit que je ne suis pas près de jouir dedans. J’avais compris mais je l’imaginais déjà avec le gros ventre. Elle avait apporté une serviette et elle s’est essuyée puis elle est partie de ma chambre.Au milieu de la nuit, mon portable a sonné. C’était elle. Elle m’avait envoyé un SMS : « Tu es un gros cochon, m’écrivait-elle ! Tu devrais avoir honte de baiser ta cousine ! »Je lui ai répondu que je recommencerai. Elle m’a répondu que pour l’instant, elle devra se contenter de me branler et de me sucer. « Et ne jouis plus jamais dans ma bouche ! C’est dégoûtant ! » m’a-t-elle écrit dans un autre message. Je lui ai répondu que je recommencerai et je ne m’en suis pas privé et j’ai joui dans sa bouche, sur ses seins, dans sa chatte et aussi dans son anus et à chaque fois, ma cousine Christina m’a juré qu’elle aime ça.Il a bien fallu que mes cousines retournent chez elles. J’ai d’autant plus regretté leur départ que mon père n’a pas voulu que je les accompagnent. Quelques jours après, j’ai eu une notification sur mon smarphone. Christina, une photo. J’ai ouvert et elle m’avait envoyé une photo d’elle, complètement nue et en légendre elle m’écrivait qu’elle aurait pu y penser avant. Le lendemain, elle m’a envoyé une vidéo toute simple. Elle était nue dans sa salle de bains puis c’est devenu encore plus sexy parce qu’elle se masturbait devant la caméra.A chaque fois que je les regardais, je me suis branlé puis elle m’a demandé si je veux quelque chose de plus hot. Je n’ai pas osé lui demander ce qu’elle voulait dire et j’ai attendu. Ma cousine m’a écrit que ça devrait me plaire. Elle faisait durer le suspense. Quelques jours plus tard, est arrivée une vidéo sur mon smartphone. Je n’ai pas compris tout de suite ce que venait faire cette fille que je n’avais jamais vue mais quand ma cousine l’a embrassée sur la bouche, j’ai compris ce que j’allais voir, deux gouines en train de se gouiner et c’était tout à fait ça. Ma cousine se gouinait avec une autre fille.A mesure que je découvrais le film, je me branlais et j’ai joui quand elles ont fait un soixante-neuf. Elles ne se contentaient pas de s’embrasser, mais elle se bouffaient la chatte et le trou du cul et elle se tétaient aussi les tétons.J’étais complètement épuisé quand le film s’est terminé et j’ai tout de suite écrit à ma cousine que je veux en être. Elle m’a répondu qu’elles ont fait ça pour le fun et pour moi. Elle m’a demandé si je veux vraiment faire l’amour à toutes les deux. Je lui ai répondu que maintenant je sais ce que je veux, venir chez elle à Noël pour faire l’amour avec elle et sa copine.Ça n’a pas eu beaucoup de mal à se goupiller. J’irai passer la semaine entre Noël et le jour de l’An chez mes cousines mais tout ce qu’on a pu faire les premiers jours, ce sont des caresses et des bisous. La chambre de leurs parents étaient au même étage et mieux encore, entre la chambre des filles et la mienne. Heureusement, le jeudi, Christina m’a emmené chez sa copine et nous nous sommes amusés ensemble tous les trois et j’ai pu faire ce que j’aime depuis faire avec les femmes, leur faire sucer ma queue et les enculer. Comme ça, pas de risque de les engrosser.Je me suis même masturbé dans le train quand je suis retourné chez moi mais c’est une autre histoire.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir